ORANGE AMERE BIGARADIERS

citrus aurentium

L’orange amère reste très présente sur la Côte d’Azur où les arbres produisent des oranges en pleine ville! Il s’agit de la bigarade. Plus petite que l’orange douce et à peau rugueuse, elle est acide et amère et contient de nombreux pépins. Néanmoins, sa saveur caractéristique est très appréciée en confitures, vins d’orange. L’huile essentielle de la peau et des feuilles est très appréciée en parfumerie, pâtisseries (navette provençales parfumées à la fleur d’oranger). L’essence de neroli entre dans la composition du Chanel n°5.

Sur Grasse, Vallauris, la production de bigaradiers subsiste dans le secteur de la parfumerie pour ses fleurs blanches parfumées qui sont distillées sur place. Un kilo de fleurs d’orangers donne un litre de fleur d’oranger, après distillation. L’huile essentielle obtenue est l’essence de néroli. La distillation des rameaux et des feuilles donne de l’essence de “petit grain”. La filière qui a significativement décliné à la pression foncière reste valorisée grâce à la présence des parfumeurs et la récente reconnaissance en tant que fleurs d’exceptions, patrimoine reconnu.

Plante rustique (résiste à -6°C), on utilise sa vigueur et résistance comme porte greffe d’autres agrumes comme le citron ou l’orange.

Les propriétés agronomiques du bigaradiers, particulièrement adaptées à nos sols calcaire, en font un porte greffe souvent privilégiés par les agriculteurs de la région pour le greffage des citronniers.